Emotions

Gérer ses émotions? Et si on essayait de les vivre pleinement!

1. A la découverte du rôle des émotions :

En tant que psychologue je suis amenée à entendre et questionner les émotions de mes patients. J’amène les personnes à exprimer ce qu’elles ressentent, agréable ou désagréable, et, ensemble, nous essayons d’aller voir ce qu’il se cache derrière chaque émotion. Car une émotion a bel et bien une fonction : celle d’apporter un message.

Un message qui indique le degrés de satisfaction ou de non-satisfaction d’un besoin. Ok je ressens telle émotion…mais de quoi ai-je « besoin » à ce moment précis ?

Par exemple : Ressentir de la colère peut être un indicateur du fait que je ne me sente pas respecté. J’ai besoin de poser mes limites, de dire non… Ressentir de la tristesse peut indiquer que j’ai besoin de me donner du temps pour accepter la fin ou la perte de quelque chose avant de passer à autre chose. Ressentir du dégoût peut me montrer que quelque chose est toxique pour moi. J’ai besoin de m’en éloigner. Plutôt que d’essayer de « gérer » ses émotions, de les dompter, et risquer de passer à côté de ces précieux messages, il est possible de les vivre, sans pour autant se laisser envahir.

2.Vivre ses émotions en 6 étapes :

Comment faire pour redonner leur « juste » place à ses émotions et les vivre pleinement ?

Bien trop souvent, nos environnements culturels et familiaux nous ont plutôt appris à masquer nos émotions, à ne pas en tenir compte, voir à les dénigrer complètement. C’est donc un véritable apprentissage qu’il faut refaire à l’âge adulte : celui d’avoir constamment un œil vers son monde intérieur et de ressentir son état émotionnel propre.

Cela commence par de l’observation. Beaucoup d’observation. Sans jugement positif/négatif.

Puis accueillir avec bienveillance ce que l’on observe.

On peut ensuite essayer de nommer ce que l’on observe. Au fond, est-ce plutôt de la colère ou de la tristesse ? Du dégoût ou de la jalousie ?

S’autoriser à ressentir profondément, laisser l’émotion traverser son corps entier.

Se centrer sur son ressenti et tenter d’entendre le message sous-jacent.

En s’écoutant et en écoutant le message de ses émotions, cela permet « d’agir » plutôt que de « réagir » face aux événements de la vie de tous les jours.

L’ensemble de nos émotions, agréables et désagréables, nous sert ainsi de boussole pour prendre des décisions dans notre quotidien : Y-a-t-il quelque chose à changer dans mon environnement ? Ai-je quelque chose à exprimer ? Faut-il que j’évite une situation particulière ?

Mais attention, une même émotion n’aura pas exactement le même message pour deux personnes différentes, ni pour une même personne dans deux situations différentes. Une émotion a un message « individuel » à apporter et à un « instant T ».

C’est donc un véritable entraînement au quotidien que d’apprendre à bien se connaître pour pouvoir écouter le message de son émotion et reconnaître son besoin non-satisfait.

Quand on laisse l’émotion nous traverser, qu’on la vit et qu’on entend le message qu’elle vient nous apporter sur nos besoins, l’émotion peut ensuite s’en aller. Son rôle est accompli. Il nous reste alors le choix d’agir ou non pour combler ce besoin. Et si on ne peut pas agir pour son besoin sur le moment, on peut toujours l’entendre et lui dire qu’on reviendra le combler dès que possible. Car si on ne fait rien, il est possible que l’émotion revienne à la charge et prenne de plus en plus de place.

3. Se faire accompagner pour aller visiter ses émotions enfouies :

Se laisser traverser par son émotion, la ressentir dans tout son corps, voilà qui peut parfois faire peur ! Surtout quand il s’agit d’une émotion que l’on a refoulée depuis longtemps dans un coin en essayant de l’ignorer. Ne se sentant pas écoutée, et ne pouvant pas délivrer son message, cette émotion a continué de grossir jusqu’à ce que vous ne puissiez plus l’ignorer. Comme un facteur qui insisterait à frapper à votre porte pour vous délivrer votre colis, l’émotion veut vraiment vous transmettre son message et vous faire prendre conscience de votre besoin non-satisfait. C’est pour votre bien. Mais maintenant, cette émotion vous fait peur. Vous avez peur qu’en lui ouvrant la porte elle se déverse sur vous comme un ras de marrée et vous engloutisse ! C’est comme une grosse zone d’ombre dans laquelle on a peur de s’aventurer seul.

Il est vrai que lorsque l’on a refoulé certaines émotions pendant des années, il peut être difficile de leur redonner leur juste place dans nos vies. Quand on a pas écouté un de nos besoins pendant longtemps, il est parfois difficile de se pencher dessus sans se juger et avec bienveillance envers soi-même.

C’est ok de n’avoir pas su ou pas pu accorder de l’attention à certaines de vos émotions et certains de vos besoins. Vous ne pouviez tout simplement pas à ce moment là (apprentissage culturel, familial, question de survie). Mais sachez qu’il n’est jamais trop tard pour enfin les regarder et les écouter. Pour VOUS écouter. Et ainsi libérer toutes ces émotions refoulées.

Dans ces situations il peut être apaisant et rassurant d’être accompagné d’un professionnel. Le travail du thérapeute sera de marcher à vos côtés, de vous guider pas à pas et d’être là pour vous aider à accueillir tout ce qu’il y a à accueillir.

Dans mes accompagnements individuels j’aide les personnes à se réconcilier avec leurs émotions, quelles qu’elles soient, à ne plus les fuir, mais au contraire à les intégrer dans leur quotidien. Et même à les aimer. Car nos émotions sont une magnifique palette de couleurs qui colorent nos vies et nous aident à grandir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page