Petit journal des sources et de la Joie de vivre

La maladie, un phénomène multifactoriel…

La qualité de nos pensées et de nos émotions influe certainement sur notre santé. Mais les déséquilibres qui conduisent à la maladie ne sont pas tous d’origine psychique.

A l’image de la vie dont elle est une manifestation, la maladie est un phénomène éminemment complexe. Elle est rarement le fait d’une seule cause, fut-elle psychologique ou émotionnelle. Elle est, le plus souvent, le résultat d’un ensemble de facteurs qui, séparément, ne sont pas toujours pathogènes mais, en synergie, finissent par créer la fragilité et le déséquilibre. La maladie est avant tout un phénomène multifactoriel, une tentative de la vie de rétablir une harmonie dans une situation perturbée. Une tentative qui, parfois, mène à la mort.

Certaines personnes peuvent s’étonner que des êtres « lumineux » ne parviennent pas à se guérir quand ils sont atteints par la maladie. La guérison est, elle aussi, un phénomène complexe, faisant intervenir de nombreux éléments au rang desquels il ne faut certainement pas sous-estimer les forces de la pensée.

Néanmoins, les processus matériels ont leur propre logique. Le temps et l’espace ont leurs propres contingences. La maladie nous rappelle à l’humilité, à l’humus dont nous sommes nés. Elle nous confronte à notre humanité. Face au chaos qu’elle provoque dans nos existences, il peut être tentant de se rassurer à l’aide d’une pensée magique. Croire que notre évolution de conscience est un gage de bonne santé, penser que notre développement personnel et spirituel garantit notre guérison : l’illusion de la toute-puissance n’est pas loin. Car, même si cela peut être vrai (en partie du moins), que savons-nous réellement de ceux que nous admirons comme des modèles de développement personnel ou d’évolution spirituelle ?

Que savons-nous des zones d’ombre qui, peut-être, abritent certaines causes à l’origine de l

eurs souffrances ? Découvrir que la nature humaine est vulnérable quelles que soient ses acquisitions et ses convictions, nous renvoie à notre propre fragilité. L’accepter est peut-être le secret d’une conscience véritablement éveillée.

D’après Thierry Janssens, chirurgien devenu psychothérapeute.

Auteur de « La solution intérieure », et « La maladie a-t-elle un sens ? » (aux éditions Fayard).

Extrait de « Nouvelles Clés », mars/avril/mai 2010

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer